AMINE ROUCHICHE

Chef de projet web – Consultant en projets web et social media

Catégorie : Professional

Etudier pour un travail (et non pour un diplôme)

Dans cet article je donne mon avis sur la formation en Algérie et en particulier les possibilités offertes par les certifications internationales, contrairement à la formation universitaire, celles-ci vous préparent à intégrer le monde professionnel et donc trouver un travail.

Les certifications internationales

Une certification internationale (En management, informatique, HSE,…) vous donne accès à des postes auxquels vous n’aurez pas directement accès avec un diplôme universitaire, comme par exemple les métiers dans les Télécoms, le Développement logiciel, HSE, Management, Marketing Digital, l’Informatique… etc. Les entreprises dans ces secteurs ont souvent besoin de personnes qualifiées dans des fonctions bien précises, qui sont en relation avec leur métier. Les certifications internationales tels, Cisco dans les réseaux, Nebosh dans le HSE, Oracle dans l’Informatique, vous ouvrent les portes afin d’accéder à des postes dans des grandes sociétés multinationales.

Les opportunités de travail

Vous n’aurez pas les mêmes chances dans le marché du travail si vous avez juste un diplôme universitaire par rapport à un candidat qui maitrise les notions spécifiques au poste convoité. Tout simplement parceque l’employeur ne recherche pas un diplôme mais plutôt des compétences, pour qu’il n’ai pas à vous former encore.

Le temps qu’il vous faudra pour vous former pour un poste après votre cursus universitaire, car souvent c’est le cas, sera du temps perdu que vous pourrez investir avant ou même pendant vos années universitaires. Pour cela, les stages en entreprise peuvent grandement aidé à trouver votre orientation professionnelle future.

L’environnement stimulant

Suivre une formation avec un groupe de quelques personnes offre un environnement plus propice à l’apprentissage et à l’échange. Dans une classe de 15 personnes, où tout le monde ou la majorité s’intèresse aux cours et veut en apprendre davantage, ça crée une certaine énergie stimulante qui vous pousse à vous concentrer, à être assidu et à bien apprendre vos cours ( c’est une constation que je fait à chaque fois que je donne une formation). Si en plus le prof sait créer une bonne atmosphère de travail, ça permettera à tout le monde de participer.

La motivation

Etre motiver durant un cursus à l’université n’est pas chose aisée, il est plus tentant de se laisser aller aux activités (trainer dans les salles de lectures, au café,…) qu’aux études, surtout si l’environnement n’est pas très studieux, que les enseignants ne soient pas à la hauteur ou qu’il y ait souvent des grèves (parfois les 3 en même temps). Contrairement à ça, durant une formation de courte à moyenne durée, notamment pour les programmes des certifications internationales, tout est prévu pour vous maintenir motiver gràce à des techniques pédagogiques.

Le plaisir d’apprendre

Apprendre quelque chose qui nous pationne est un plaisir constant. Si vous faites le choix de vous former dans un domaine qui vous passionne et si vous le faites dans le bon environnement, vous aurez alors un plaisir à y aller à chaque fois sans perdre la motivation. Dès que vous perdez ce plaisir à cause d’un programme trop long dans le temps, un environnement inadéquats, des examens reportés ou décalés à cause des grève…etc, vous perdrez alors le plaisir d’étudier. Ce plaisir d’apprendre doit être entretenu et nourri, par l’apprentissage de choses dont vous êtes curieux ou qui vous challenge.

PS : Un des rares points faibles des formations certifiantes est le fait qu’elles soient payantes et leur prix peut parfois être très élévé. On comprend pourquoi les études universitaires à l’étranger son payantes.

Laissez moi un commentaire sur votre propre expérience ou posez moi vos questions sur ce sujet en commentaire :).

Mes conseils pour réussir dans le Digital

1. Trouvez votre communauté

Faire partie d’une communauté en ligne est une des choses les plus importantes pour vous permettre d’échanger avec les autres et apprendre de leur expérience. Vous pouvez contribuer avec vos propres sujets , comme vous pouvez participer et répondre aux questions des autres membres. Les groupes Facebook sont devenus les nouveaux lieux communautaires pour rencontrer des professionnels dans votre domaine mais ne négligez pas aussi les newsletters et les forums, ils demeurent encore intéressants car ils diffusent généralement, des informations plus fiable et plus qualitative.

2. Développer votre portfolio

Votre portfolio est votre CV en ligne, vous l’utiliserai à chaque fois qu’un client semble hésiter à vouloir vous commander un site web, une application ou un logo. Mais aussi parce-que vous aurez une vitrine online visible à tout moment, ce qui vous permettra de générer des leads (clients potentiels) sans effort.

3. S’auto former

L’une des choses à savoir quand il s’agit de Digital c’est que votre diplôme d’ingénieur logiciel acquis il y’a 10 ans ne vous servira pas à grand chose si depuis, vous ne vous êtes pas auto-formé. L’apprentissage en continu grâce notamment, au contenu gratuit sur internet, aux conférences, aux projets collaboratifs,… couplé à beaucoup de pratique dès le jeune âge vous permettra non seulement d’évoluer dans votre métier mais aussi de comprendre les autres métiers du digital, ce qui vous facilitera le travail d’équipe et la collaboration.

4. Construire votre E-réputation

Quand vous pensez à toutes ces personnes que vous connaissez uniquement sur internet et que vous ne verrez probablement jamais dans la vraie vie, ça vous pousse à penser que leur E-réputation est la seule manière que vous avez de juger de leur personnalité ou de leur travail. Dans votre cas aussi il y’a des personnes qui ne vous connaissent qu’à travers internet, réfléchissez à l’image qu’ils ont de vous, à comment vous voulez être perçue !

5. Donner pour recevoir

C’est la règle du gratuit sur internet ! La plupart des sites web ou application mobile vous donnent accès pour une certaine période pour tester leur produit.

Vos clients ne voudrons pas toujours payer la moindre chose que vous leur faites, ils ont cette idée qu’ils peuvent eux même faire le travail, que c’est facile, ajouter à ça leur manque de confiance dès qu’il faut payer sans voir le produit. Dans ce cas leur proposer un service gratuit supplémentaire, une période d’essai, une option gratuite, permettra de briser, dans la plupart du temps le mur de l’hésitation et vous faire gagner un client. La gratuite ça peut simplement être une rédaction de texte pour un site web par exemple.

6. Etre polyvalent

Imaginez que vous êtes en déplacement, votre client vous envoi un fichier word avec des photos à l’intérieur pour les insérer dans son site web ! Vous pouvez toujours lui demander d’envoyer les photos séparément mais ça sera une perte de temps, surtout si le client n’est pas très réactif, comme vous pouvez simplement apprendre à extraire des photos d’un fichier word, vous gagnez du temps et vous devenez moins dépendant de votre client. Dans le digital, les compétences que vous avez en plus de celles directement reliées à votre métier, sont très importantes quand il faut postuler pour un nouveau job, travailler en freelance, monter en grade,… etc.

7. Commencer jeune

Je conseil souvent aux étudiants de commence à pratiquer, en participant à des projets sur internet ou via des stages pratiques. En effet, il est essentiel d’avoir une expérience concrète qui vous ferra découvrir l’univers du digital, ses codes, ses contraintes, ses métiers,…etc. A mon avis, entamer le travail en parallèle des études n’est pas une mauvaise idée, surtout si vous souhaitez vous orienter vers le monde professionnel plus qu’académique.

8. Penser international

Le monde est connecté, ne vous limitez pas à votre ville, pays ou même continent. Certaines chaines Youtube génèrent des millions de dollars par an parce-qu’elles ont compris le potentiel qu’il y’a à diffuser un contenu pour les internautes à travers le monde. Votre aptitude technique, votre expertise, votre maîtrise d’un langage de programmation ou des techniques de design sont autant de compétences recherchées dans le monde entier, tout ce qu’il vous faut pour fructifier votre savoir faire c’est de comprendre comment fonctionne l’industrie du digital… et d’apprendre l’anglais :).

Cet article vous a plu ? Partagez-le ou laisse moi un commentaire.

Comment j'ai appris le community management ?

Durant les 4 dernières années j’ai travaillé sur plusieurs projets social media, principalement sur la plateforme Facebook mais aussi Instagram depuis environ une année. En tant que chef de projet, j’ai dirigé des équipes de CM de nombre réduit (en général 2 à 3 personnes) et j’ai aussi travaillé avec des Freelances.

Actuellement, le poste de community manager est plutôt connu par les entreprises, du moins ils savent qu’il y’a une personne qui se charge de gérer les réseaux sociaux. Mais quand est-il de la formation ? comment devenir CM ? quelles études faire pour devenir CM ? Et bien je vous dévoile en quelques points, comment moi j’ai appris ce métier.

L’élément déclencheur : Le Digital Day en 2014

L’événement qui m’a fait voir autrement le métier de CM est sans doute Le Digital Day organisé par MedNcom en 2014, ce fut la première fois que je voyais comment une agence gérait la communication social media d’une marque de façon professionnelle. Cet événement m’a permis d’apprendre davantage sur ce monde que je commençais à peine à connaitre.

Le grand challenge et la découverte de Facebook Ads

Immédiatement après cet événement, j’ai eu l’opportunité de travailler sur la communication d’un restaurant situé à Alger. Ce type projet qui vous pousse à faire un bond en compétences techniques mais aussi en gestion de projet et en timing. Brief professionnel, budget important, deadline,… bref tout ce qui rend un projet motivant et ce fut vraiment un cas pratique formateur dans mon parcours, car j’ai pu non seulement appliqué mes connaissances fraîchement acquises mais aussi commencer à utiliser la plateforme Facebook Ads.

Deux livres qui m’ont beaucoup appris

Marketing des réseaux sociaux écrit par Loukouman Amidou, un livre fort intéressant qui m’a permis de structurer mes connaissances.

Livre excellent réédité annuellement avec beaucoup de cas pratiques sur des marques françaises. Ce livre m’a permis de comprendre comment les grandes marques travaillaient en amont sur leur campagnes digitales.

Regarder et apprendre des Youtubeurs et Instgrameurs

J’ai longtemps été spectateur de chaines Youtube et comptes instagram avant de commencer à analyser leur stratégie. A vrai dire, j’analyse surtout le contenu (visuels, vidéo,…) mais depuis un certains moment j’essaye de porter plus d’attention à ce qui a derrière le contenu gratuit, quel est la stratégie utilisée pour générer de la conversion ? comment récompense-t’ils leurs communautés ? comment les influenceurs font-ils leurs collaborations ?, …etc, tout un tas de choses que j’apprend en analysant des contenus que je consomme tous les jours.

Formation en ligne : Se perfectionner avec des micro-formations

Les formations en ligne sont venues en dernier dans mon parcours et par formation en ligne je veut dire suivre des formations structurées et de préférence payantes, parce que les cours gratuits et les livres blancs je ne pourrai énumérer combien j’en ai lu. Ma plateforme préférée jusqu’à maintenant c’est LinkedIN Learning, car je peut, une fois une formation achevée, rajouter les compétences apprises à mon profil LinkedIN. Par ailleurs, j’ai suivi une formation en Facebook Ads sur Udemy, que je juge moins qualitative que ce que j’ai pu voir sur LinkedIN Learning.

Je précise que les cours en lignes peuvent vous noyer dans un cercle vicieux, où vous êtes toujours tenter de suivre plus de cours, ça fait partie de la stratégie des plateformes. Ne tombez pas dans le piège, choisissez d’abord une formation complète puis faites si nécessaires des petites formations sur des points précis.

A vous de me dire comment vous avez appris votre métier de CM ou posez moi vos questions sur ce métier auxquelles j’essayerai de répondre.

Diagnostiquer pourquoi votre page Facebook ne marche pas

Elaborer des concepts communautaires

Vous n’avez jamais entendu cette expression ? Et pourtant les community concepts sont le cœur de la stratégie de contenu. Ce sont des idées de contenu structurées qui ont la capacité de générer de l’intérêt et donc de l’engagement (likes, partage, commentaire). Les concepts élaboré sur-mesure pour votre page ont encore plus de potentiel s’ils respectent les critères d’un bon concept.

Définir le planning de publication

Exemple de planning Facebook

Le planning éditorial vous permet d’avoir une vue d’ensemble sur votre page, ainsi vous êtes mieux organisé dans vos publications. Si vous publier de manière aléatoire sans chercher à habituer votre communauté à des jours et horaires précis, vous risquer de ne pas avoir une portée importante et vous perdrez en crédibilité.

Charte visuelle et rédactionnelle

Quand vous publiez sur votre page sachez que vos abonnés verront votre publication, majoritairement, sur leur fil d’actualité et non pas sur votre page, avec un tas de distractions autour: d’autres publications, des publicités, des notifications,…etc. Si vous travailler à rendre vos publications très attractives visuellement (photos, couleurs, accroche, police de caractères…) et en adéquation avec votre charte graphique, vous aurez beaucoup plus de chance de retenir l’attention de votre cible.

Récompenser la communauté

Comme un chanteur à succès vous devez avoir une bonne relation avec vos fans, vous êtes là pour partager des choses avec eux, leurs avis comptent, faites alors un effort pour leur dire merci. Organiser un concours par mois est une bonne manière de récompenser la fidélité de vos abonnés et de générer par ricochet des interactions sur votre page.

Utiliser la vidéo

Utiliser la vidéo sur les réseaux sociaux est vraiment un état d’esprit dans lequel il faut se mettre. Il ne s’agit pas seulement de préparer des vidéos pour présenter vos contenus mais d’introduire la vidéo au quotidien dans vos story et publications. À chaque fois que vous souhaitez partager un message, demandez-vous si vous pouvez le faire via une courte vidéo, à chaque événement profitez-en pour faire un live vidéo, quand vous publier une offre ou une promo, profitez-en pour la dispatcher en 2 publications, l’une en story vidéo qui servira d’accroche et le contenu complet dans une publication sur le fil.

Posez-moi vos questions dans les commentaires sur les problèmes que vous rencontrez dans la gestion de vos pages Facebook ou échangeons sur LinkedIN.

To code or not to code ? Quand faire du développement et quand passer par un CMS

Liste des questions à se poser avant de vous engager dans un projet la tête baissé ! Je parle ici d’un cas de projet d’application web professionnelle (ex: Un Comparateur de Prix) que vous devez réaliser avec votre entreprise ou en freelance.

To Code <?php echo("one more coffee please") ?>

1. Si vous avez suffisamment de motivation pour faire un code fonctionnel en respectant les délais : Ceci implique de travailler sans relâche, même après vos heures de bureau 🙂

2. Si vous savez comment trouver de l’aide si vous bloquer sérieusement sur un point : Un ami développeur, un forum, la documentation du langage… et surtout quels mots clés mettre dans Google :/

3. Si vous maîtrisez bien 75% des technologies que vous allez utiliser : il vous reste à vous investir dans l’apprentissage des 25% restantes, un temps à prendre en compte.

4. Si vous avez une équipe de développeurs compétents : Si vous êtes chef de projet, directeur technique, lead développeur,… assurez-vous que votre équipe réalise la difficulté de la tâche.

5. Si la finalité est le lancement d’un business dont l’application sera le cœur : Dans ce cas ne jouez pas avec l’investissement du client, proposez lui une solution robuste. Vous pouvez montrer les faiblesses du CMS pour le convaincre.

6. Si le client veut une solution très personnalisable : Si le client souhaite modeler l’application à son goût et qu’il réalise que ça lui coûtera plus cher alors proposez lui un développement from scratch.

Not to code (i hate coffee and deadlines)

1. Si vous êtes seul sur le projet : Vraiment réfléchissez à 2 fois avant de commencer à tout coder si vous êtes dans ce cas.

2. Si vous devez apprendre un nouveau langage en court de route : Vous développer en PHP depuis plusieurs années et en vous demande d’écrire le programme en Python, en soit c’est pas un problème mais pour vous ça l’est.

3. Si vous avez réussi à réaliser un projet similaire avec un CMS (donc sans coder) : alors pourquoi coder !

4. Si les marges bénéficiaires sont réduites : Ne coder surtout pas, vous risquer de les voir s’annuler.

5. Si votre supérieur ignore complètement la valeur ajoutée d’un code écrit from scratch (fiabilité, maintenabilité, rapidité,…) : Il vous jugera dans ce cas sur des critères subjectifs qui ne ferrons que vous agacer tout au long du projet.

6. Si il y’a peu de chances que le projet évolue avec de nouvelles fonctionnalités qui risquent de changer la conception même de l’application.

7. Si vous assurez ces 3 rôle en même temps ( développeur, designer et chef de projet) : Dans ce cas faites appel à un développeur externe ou dégagez-vous des autres responsabilités.

8. Si vous faites la tête du gamin sur cette photo quand vous passer plus d’une heure avec un bug sur un projet… qui finalement est dû à un “;” 😂 

Conclusion:

Je vous ai présenté ces quelques points qui vous aideront peut-être à prendre la bonne décision la prochaine fois qu’un client vous demande de développer une application mobile en 20 Jours :). C’est des situations que j’ai vécu pour la majorité même si je sais que j’exagère un peu les choses.

Quelle a été votre expérience la plus compliquée en développement from scratch ?

Qu'est ce que j'ai fait durant la grève ?

Une semaine de grève c’était long, très long. Pour ma part j’ai pu investir tout ce temps libre dans deux activités utiles (à part sortir manifester) :

La première est la création de ce site web. Projet que je repousse depuis très longtemps, le voici maintenant en ligne et accessible à tous avec un espace blogging et un espace dédié à mes activités professionnelles. Je compte publier régulièrement et je partagerai avec vous au fur et à mesure les contenus de mes conférences ainsi que des contenus professionnels.

Capture du site en cours de réalisation

La deuxième est la réalisation d’un mini projet, une interface web responsive pour un site d’information en arabe. En effet, depuis quelques années, en tant que chef de projet web au sein de mon agence INVENTEAM, je travaille principalement sur des sites web sous WordPress sans toujours mettre les doigts dans le code ou bien je crée les prototypes et maquettes seulement sans faire d’intégration. Et donc ce projet était l’occasion de faire ce que j’aime le plus, créer des interfaces web/mobile.

N’hésitez pas à partager avec moi ce que vous vous avez fait d’utile durant la grève 🙂

Retrouvez-moi sur LinkedIN : AMINE ROUCHICHE

Comment évaluer le niveau de qualité de votre site web en 10 points clés

Cet article répond aux questions suivantes :

  • Comment évaluer le niveau de qualité de mon site web ?
  • Comment discuter avec mon équipe et mon prestataire de mon site web ?
  • Quelles sont les critères de qualité d’un site web d’entreprise ?

Comment évaluer le niveau de qualité de votre site web en 10 points clés.

En tant que chef d’entreprise, responsable marketing ou chargé(e) de communication vous êtes amené à discuter de votre projet de site web avec votre partenaire en communication ,un prestataire freelance ou même avec votre équipe interne,
pour cela, il est utile de savoir quel vocabulaire employer et surtout, quels points aborder.

Pour vous permettre d’être efficace dans cette mission, je vous propose dans cet article une liste non exhaustive des principaux critères de qualité d’un site web d’entreprise.

1. Contenu adapté pour le WEB

Vous avez rédigé vos textes de présentation, offre commerciale, messages publicitaires mais vous n’êtes pas satisfait de leur résultat sur votre site web, c’est normal si votre contenu n’a pas été adapté pour une consultation en ligne.

Votre prestataire devrait vous fournir des services en rédactionnel pour reformuler ou écrire des blocs de textes courts et adaptés à la lecture en ligne, principalement pour la page d’accueil.

2. Page d’Accueil bien structurée

Point d’entrée de votre site web, la page d’accueil est d’une importance primordiale vis-à-vis des internautes, elle doit bénéficier d’une attention particulière pour inciter les visiteurs à consulter d’autres pages et éviter d’avoir un taux de rebond élevé.

Parmi les critères à vérifier avec votre web-designer :
Logo : Bien positionné et visible du premier coup d’œil.
Images: de haute de qualité et en cohérence avec votre activité.
Phrase d’accroche : Courte et précise pour donner une idée sur qui vous êtes rapidement.
Textes : Disposés en blocs de largeur et longueur courtes afin de faciliter la lecture.
Call to action : Bouton incitant au clic afin de diriger le visiteur vers la page devis ou vers vos services.

3. Images cohérentes et en haute résolution
Photos d’entreprises, photos d’événements, images produits, illustrations techniques… le choix d’images requiert un travail de recherche et de traitement pour aboutir à un résultat visuel cohérent.

Vérifiez avec votre prestataire les points suivants :
Vos images ne sont pas floues ou de mauvaise qualité
Présence des légendes sur les photos de la galerie
Optimisation de la qualité pour les smartphones et tablettes
Ajout de votre logo en filigrane sur les photos de produits

4. Rendu sur Smartphone et Tablettes
Le design adaptatif ou responsive design est désormais généralisé et il n’y a aucune raison pour que votre site web ne soit pas optimisé pour les dispositifs mobiles (Tablettes et smartphones).
Pour cela, réfléchissez notamment à ce qui est important pour vos clients qui visitent le site via mobile, souvent les coordonnées de contact sont prioritaires, en effet, un client ne s’attend pas à retrouver des photos en haute qualité, des animations, ou des formulaires complexes sur un site web mobile. Allez donc vers l’essentiel et éliminer s’il le faut du contenu trop lent au chargement sur la version mobile.

5. Vitesse de chargement
La vitesse de chargement joue un rôle important dans l’expérience utilisateur, mais pas que, elle influence aussi sur le référencement de votre site web, au-delà de quelques secondes le visiteur risque de quitter votre page.
Vous pouvez optimiser la vitesse du site en demandant à votre prestataire de vérifier:
La taille des images
La compression des fichiers pour minimiser leur taille
La désactivation de fonctionnalités inutiles
Le temps de réponse du serveur

6. Votre site web sur Google
Le SEO (Optimisation pour les moteurs de recherche) est un travail complexe et long, mais votre site devrait avoir sa place sur la première page de Google avec un minimum de mots clés,
parmi lesquels il y’a le nom de votre site web.
Pour vérifier cela Tapez le nom de votre site web sur Google et voyez le résultat.
Ce dernier doit contenir le titre de votre entreprise suivi de l’activité principale avec une longueur maximum de 70 caractères, ensuite une description courte de votre activité.

7. Sécurité optimale
Votre site web doit respecter quelques règles de base de sécurité, cela ne doit surtout pas être négligé, en effet, un piratage pourrait survenir à tout moment et causer l’arrêt momentané du site ou la perte de données.

Vérifiez avec votre développeur web les points suivants :
Niveau de sécurité des mots de passe
Sécurité des formulaires
Sécurisation de l’url d’accès au back office
Sécurité des répertoires dans le serveur
Utilisation du protocole HTTPS

8. Statistiques de visites
Les données relatives aux visiteurs de votre site web peuvent être très utiles à votre département Marketing, demandez à votre prestataire d’installer un module de statistiques tel Google Analytics.

9. Sauvegarde automatique
Selon l’offre d’hébergement que vous aurez choisi, votre prestataire devrait vous proposer une formule incluant une sauvegarde automatique de tout le contenu de votre compte (site web, emails, bases de données,…). Pour un site de petite taille, une sauvegarde hebdomadaire suffira largement.

10. Informations d’accès
Une fois votre site web mis en ligne, vous pouvez demander à votre prestataire les différentes informations d’accès (cPanel, FTP, Console d’administration,…) ceux-ci seront précieux au moment de vouloir effectuer une opération de maintenance ou de mise à jour, faire une refonte du site ou effectuer un transfert vers un autre serveur. Les accès sont constitués généralement de 3 éléments : Lien d’accès, nom d’utilisateur, mot de passe.

COMMENT-ÉVALUER-LE-NIVEAU-DE-QUALITÉ-DE-VOTRE-SITE-WEB

Préparer la création d’un site web d’entreprise en 4 étapes

Le site web est un outil de communication formidable, il permet de diffuser des informations à destinations de plusieurs cibles (clients, partenaires, candidats,…) avec l’avantage d’être accessible sur différents supports tout en étant peu coûteux à réaliser et à maintenir.

De ce fait, un projet de création ou de refonte de site web est incontournable pour toute entreprise digne de ce nom, et la réussite de ce dernier constitue souvent un challenge pour l’équipe interne autant que pour le prestataire en communication.

Ainsi, mener un tel projet à bon terme en s’assurant d’avoir fait les bons choix va aider l’entreprise à optimiser sa présence sur le Web et à renforcer sa relation avec les différents acteurs de son éco-système.

Pour cela, savoir préparer en amont un projet de réalisation de site web d’entreprise est crucial pour la réussite de celui-ci, et il est important dans ce cas de connaître les étapes à suivre afin d’aboutir à un résultat permettant à toute les personnes impliquées dans le projet de mieux s’organiser avant d’entamer le travail.

1. Analyser l’existant

Nouveau site web ? Consultez des sites qui vous inspirent et notez ce qui vous plait et que vous voudrez avoir sur votre site à vous.

Refonte ? Listez les Plus et les Moins du site actuel.

Vous avez d’autres supports de communication ? Communiquez-les à votre prestataire.

2. Objectifs, cibles et messages

2.1. Les objectifs

Image de marque, notoriété

Information et communication

Promotion de produits, services ou activités

Commercialisation en ligne (e-commerce)

Annonces en ligne (immobilier, affaires, locations,…)

2.2. Les cibles

Principales: Pour qui est destiné le site web en premier lieu (partenaires, client b2b,…)

Langue, pays, habitudes, âges, sexe, niveau social

Secondaires : Pour qui est destiné le site web en second lieu (clients professionnels, fournisseurs étrangers,…)

2.3 Les messages

Comment s’adresser à la cible, sur quel ton, pour dire quoi

3. Le contenu

3.1 Préparer le contenu éditorial

Présentation

Historique, valeurs, missions, objectifs, perspectives, partenaires

Fiches techniques des produits, services ou activités

Messages publicitaires

Actualité et nouveauté

Témoignages des clients

Foire aux questions (réponses aux questions souvent posées par vos clients)

3.2 Préparer le contenu graphique et les photos

Logo et charte graphique

Photos des produits

Photos de l’entreprise

4. Préparer la mise en ligne

4.1 Choisir un nom de domaine

Choisir un nom de domaine : ex: monentreprise.com

Choisir l’extension ex : .com, .net, .org, .dz…

Vérifier la disponibilité

4.2 Choisir une formule d’hébergement

Formule basique : Peu coûteuse et idéale pour un site vitrine de quelques pages

Formule illimitée : Idéale pour un site à fort trafic et une utilisation intensive des emails

4.3 Communiquez sur le lancement

Informer les Partenaires, Clients, Fournisseurs

Annoncer sur les réseaux sociaux et les supports imprimés

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén